vendredi 9 février 2018

Une collection particulière


Extrait d'une confession d'un condamné à mort à son avocat.


Je n'ai pas toujours eu cette capacité. Celle de voir les fantômes. Je n'ai été capable de les voir qu'une fois que j'avais commis mon premier meurtre. Je m'en souviens comme si c'était hier. La petite Laura... Elle était si mignonne. Les cheveux blonds, bouclés. Un visage d'ange, toujours souriant. Une adolescente qui croquait la vie à pleines dents. Je l'ai suivie, alors qu'elle rentrait du lycée, et je l'ai attrapée, dans le petit parc qu'elle traversait pour se rendre chez elle. Bien sûr, je l'ai violée, avant de l'égorger et de l'enterrer dans un coin de ce même parc. C'était mon premier meurtre, et j'avais quand même assuré parce que jusqu'à maintenant personne n'a jamais retrouvé son corps.

Et c'est peu de temps après que je l'ai vu. Son fantôme. Il était transparent, silencieux. Il se tenait au pied de mon lit, et ne faisait rien d'autre que me regarder, avec un air inquisiteur. Bien sûr, j'étais mort de trouille au début. Je pensais qu'elle était là pour se venger, pour me hanter, ou bien me pousser au suicide, d'une manière ou d'une autre. Mais elle restait là, sans rien faire. Elle me regardait fixement, tout le temps. J'ai bien essayé de m'en débarrasser, avec du gros sel, de l'acier, comme dans les films, mais rien à faire, elle était intangible. Je ne pouvais pas la toucher, et elle ne pouvait pas me toucher. Finalement, ce n'était qu'un fardeau qui me suivait. Peut-être espérait-elle que j'aie des remords, qu'elle me ferait avoir des cas de conscience ? Mais, malheureusement pour elle, je n'en avais aucune, de conscience.

Au contraire, j'avais bien envie d'ajouter quelques fantômes à ma collection, donc j'ai commencé à chercher d'autres victimes. Comme cet homosexuel de 32 ans, que j'avais trouvé grâce à un site de rencontres. Après l'avoir attiré à l'écart dans une ruelle, je l'ai éventré, et laissé pourrir là. C'était ma première victime connue, celle qui a lancé ma légende. Celle du "Tueur de Minuit", car j'avais l'habitude de tuer mes victimes pile à cette heure-là.

Comme prévu, en me réveillant, je n'avais pas un fantôme, mais deux. À coté de Laura, le fantôme de ma victime de la veille, avec la même expression sur son visage. Cette expression que j'allais voir sur de plus en plus de visages, car je n’étais pas prêt de m’arrêter en si bon chemin.

J'ai donc continué à tuer, de plus en plus souvent, de plus en plus parfaitement. Et ma collection de fantômes grandissait de jours en jours. C'était presque une petite armée qui me suivait partout, en me fixant du regard. Ah, si les autres pouvaient voir ce que je voyais... Chaque visage était un hymne à ma gloire, à mon œuvre. Chaque visage me rappelait le soir où je l'ai assassiné. Je vivais les plus beaux jours de ma courte vie.

Mais un événement a tout fait basculer. Quelqu'un avait eu la bonne idée d'imiter mon modus operandi, et de tuer des gens de la même manière que moi. Mais ses victimes il ne les choisissait pas au hasard, car il suivait mes pas. Il tuait alors les personnes de la même famille que mes victimes. Leur oncle, leur père, leur mère, leur sœur... Jusqu'à ce que je le retrouve. Il avait tout d'un fan inconditionnel. Il m'a même demandé un autographe... que je lui ai bien sûr signé... avec son propre sang. Mais ce qui est intéressant, ce n'est pas ce copycat minable, mais ce qui s'est passé après. Au matin, son fantôme avait bien rejoint les autres, mais cette fois, ceux-là ne me regardaient plus. Ils étaient bien trop occupés avec le nouvel arrivant.

Ils le torturaient. D'une façon ignoble. Même moi, qui était habitué à voir ce genre de choses, je ne pouvais pas m’empêcher de détourner les yeux de ce spectacle barbare. J'ai même eu de la pitié pour ce minable, c'est peu dire.
Puis, j'ai enfin compris. J'ai compris pourquoi ils me suivaient. Pourquoi ils ne disaient rien.

Ils attendaient.

Ils attendaient que mon heure soit venue. Que je rejoigne enfin le royaume des esprits, pour qu'ils aient enfin leur vengeance. Comme pour ce copycat minable, ils avaient de grands projets pour moi, et pour cela, il ne leur fallait qu'attendre ce moment. Et, en leur qualité de fantômes, attendre, c'est ce qu'ils savaient faire de mieux.

Bien sûr, j'ai essayé de m'excuser, j'ai pleuré, j'ai imploré. Mais rien n'a changé. Ils restaient de marbre, et rien que je fasse ne pouvait changer mon destin. Au bout d'un certain temps, je m'y suis résigné. À quoi bon ?

Maintenant que la police m'a attrapé, et que je vais bientôt passer sur la chaise électrique, j'ai peur. J'ai vraiment peur, car je suis le seul homme sur Terre qui sait ce qui l'attend après sa mort. Une éternité de torture, infligée par les fantômes de ses victimes. Et ça, elles le savent bien, car je les vois en ce moment même, alors que je vous raconte mon histoire. Ce n'est plus cette expression qui m’accueillait chaque matin.

Non, maintenant, pour la première fois... Je les vois sourire. 

Partager:

Somniloquie ( partie 1 )



Pour autant que je me souvienne, j’ai toujours parlé dans mon sommeil. Quiconque ayant dormi sous le même toit que moi vous le dira. Mes parents, mes frères et sœurs, mes amis, et surtout mes ex. Ils sont aux premières loges. On en riait le matin, puisque la majeure partie de ce que je disais était incohérente, ou dénuée de sens. Je peux vous citer quelques perles : « Il y a trop d’hélicoptères dans la piscine ! » ou « mon ballon est sur le mauvais pied ! ». Ça n’a jamais dérangé personne autour de moi, mes amis et ma famille s’en amusent plus qu’autre chose.

Un jour au boulot, on s’est mis à parler du sommeil. Mes collègues ont raconté quelques-uns de leurs rêves les plus bizarres, et j’ai suivi avec mes anecdotes de somniloquie. Je leur ai déballé les trucs les plus dingues que j’ai pu dire en pionçant, et ça les a tous faits rire. Un de mes collègues, Bill, a vraiment eu un fou rire. Après s’être calmé, il m’a dit que je devrais m’enregistrer en dormant pour qu’ils puissent tous en profiter chaque matin. Franchement, l’idée m’a plu.

Le soir même, j’ai téléchargé une application de dictaphone sur mon portable, et je l’ai posé sur ma table de nuit avant de me coucher. Étant célibataire, et vivant seul, je n’avais plus aucun moyen de savoir ce que je disais en dormant, c’est pourquoi j’ai volontiers suivi le conseil de Bill. J’étais impatient d’entendre ce que ça allait donner. Et ça serait une manière amusante de commencer mes matinées, d’ordinaire plutôt ennuyeuses.

Pendant deux mois, j’ai enregistré pas mal de pépites. Par exemple, une nuit je ne m’arrêtais pas de crier comme si je cherchais à échapper à quelque chose, mais après quelques minutes j’ai dit « Mauvais frigo ! ». Je ne sais pas pourquoi, celle-là m’a fait beaucoup rire. Et elle a eu autant d’effets sur mes collègues.

Cependant, la semaine dernière, le dictaphone a enregistré quelque chose d’étrange. Alors que j’écoutais l’enregistrement à la recherche d’un truc drôle, j’ai entendu un bruit retentissant. Ça ressemblait à une porte violemment claquée. J'ai senti mon cœur manquer un battement en entendant ça. Je me demandais si quelqu’un était entré chez moi.

Ma maison est un petit chalet en périphérie de la ville. Je l’ai eue pour un bon prix en raison de son emplacement et de son âge. Du coup, certaines pièces sont vétustes. Seules deux portes étaient suffisamment solides pour être à l’origine de ce que j’avais entendu : celle du grenier et celle de la cave.

Les caves et les greniers m’ont toujours foutu les jetons. Déjà enfant je n’aimais pas m’en approcher, et c’est toujours le cas en tant qu’adulte. Ils me terrifient. Et ceux de ma maison plus que les autres. Le fait qu’ils soient vieux les rendait plus sinistres.

Mais malgré ma peur, je devais m’assurer que personne n’était dans la maison. Je suis sorti de mon lit, et suis allé directement à la cave, puisqu’elle était plus proche de ma chambre. J’en ai ouvert la porte à contrecœur et je suis descendu dans les profondeurs de ma maison. J’étais nerveux, mais il fallait que je me rassure.

La cave était vide.

Je me suis dépêché de remonter, et je me suis dirigé vers le grenier. Une fois devant la porte, je me suis figé. Autant, les caves ça me fout les chocottes, mais les greniers c’est encore pire. Peut-être parce qu’ils ont toujours été un mystère pour moi. Pour être complètement honnête, je n’ai été dans un grenier qu’une seule fois dans ma vie, et c’était pour aider mon père à descendre les décorations de Noël. Même à l’époque j’étais effrayé.

À cause de ma peur des greniers, j’y ai installé un pêne dormant en emménageant. Ça a l’air con, mais bon, ça m’aide à dormir. En examinant la porte, j’ai remarqué qu’il était toujours verrouillé. Un intrus aurait pu y aller et le refermer en ressortant, mais au moins je savais qu’il n’y avait personne à l’intérieur. Ça m’a servi d’excuse pour ne pas y aller. Je suis retourné en bas, et j’ai essayé de ne plus penser au bruit.

J’ai continué d’enregistrer mes nuits dans l’espoir de trouver de nouvelles pépites. Et j’en ai eu, mais pas celles que j’attendais. La nuit suivant celle où j’ai enregistré le bruit, je n’ai dit qu’une seule chose : « Où es-tu ? ». Je n’y ai pas prêté attention, ce n’était pas la première fois que je disais ce genre de truc.

Je n’ai commencé à m’inquiéter qu’en écoutant l’enregistrement de la nuit suivante. Je m’entendais répéter inlassablement : « Où es-tu ? », mais cette fois c’était accompagné d’un étrange bruit parasite. Ainsi j’avais répété la même chose deux nuits d’affilées, et chopé un son bizarre ? Cet enregistrement m’a quand même un peu déstabilisé, mais je l’ai attribué à une coïncidence et à un bug de mon téléphone.

J’ai rapidement découvert qu’aucune de ces explications n’était valable.

Les nuits suivantes n’ont pas été différentes. À chaque fois, je m’entendais demander « Où es-tu ? », et puis j’avais cet espèce de bruit parasite. Je ne parvenais pas à l’expliquer, et ça me fatiguait. Je l’ai montré à mes collègues, mais ils ne m’ont pas été d’une grande aide. J’ai pensé à arrêter d’enregistrer, mais je sentais que ça serait pire de demeurer dans l’ignorance. Il fallait que je découvre le fin mot de l’histoire.

Et c’est là que les choses ont changé, la nuit dernière pour être exact. Alors que j’écoutais l’enregistrement, j’ai entendu deux choses bien distinctes. En tendant l’oreille, je pouvais discerner des bruits de pas, comme si quelqu’un marchait sur la pointe des pieds. C’était vraiment feutré, mais aucun doute possible. La seconde chose était moi-même, posant toujours la même question : « Où es-tu ? », sauf que cette fois j’ai eu une réponse. C’était un chuchotement, très bas, mais j'ai pu le comprendre.

« Je suis en haut ».
Partager:

Le cimetière de l'Everest

Si vous avez l'intention de gravir le mont Everest, que ce soit pour satisfaire une quelconque envie de reconnaissance, ou bien pour vous prouver que vous n’êtes pas une lavette, je vous conseille de bien y réfléchir. Et surtout, de bien vous y préparer.
L'ascension de cette montagne n'est pas à la portée de n'importe qui.
Si l'on ose vous assurer que seule la volonté suffit, on vous ment.
Même les sportifs les plus entraînés n'ont pas la certitude de revenir vivants de ce périple.

En effet, il y a quelque chose de macabre sur les flancs de l'Everest.
Si vous avez un jour l'occasion de vous y rendre malgré mes avertissements, vous pourrez voir que cette montagne est un vrai cimetière.

Vous pourrez ainsi croiser de nombreux cadavres: les restes de ceux dont l'ambition était trop grande pour leurs capacités. Il ne subsiste de leurs échecs que des corps pourrissant lentement, à la vue de tous.
Du fait des conditions extrêmes qui entourent le sommet du mont Everest, aucune mission de sauvetage n'est menée au-delà d'une certaine altitude.
Si vous avez donc le malheur de faiblir en pleine ascension, personne ne viendra vous sauver. Et personne ne viendra non plus chercher votre cadavre gelé, car c'est bien trop coûteux et dangereux.

Vous resterez ainsi dans ce musée macabre en plein air pour l’éternité, rappelant aux autres courageux alpinistes ce qui les menace au moindre relâchement.










Horrible, n'est ce pas ?


Cette histoire, tout le monde la connait.
Par contre, personne ne connaît ce qu'il y a d'encore plus sombre caché derrière tout cela, à part les habitants des alentours de la montagne. Ces derniers se gardent bien de prévenir les milliers de voyageurs qu'ils voient défiler chaque jour de ce qui se trame dans le coin.
Vous voyez, il y a encore quelques années, j'habitais dans le district de Khotang, au Népal, à proximité du Mont Everest.

Je peux donc vous certifier qu'en réalité, il n'y a pas que des cadavres d'alpinistes sur les flancs de la montagne. Si vous êtes attentifs, vous pourrez voir de nombreux cadavres sans combinaisons étoffées pour l'hiver. Il serait donc tentant de croire qu'ils ont été dépouillés de leur habits, mais comment expliquer qu'ils soient en tenue de soirée sous leur tenues de ski ?
La vérité est bien plus troublante que cela.
Sur les flancs des montagnes, vous verrez souvent des personnes tractant de grandes luges couvertes de linges. Et si vous parvenez à les suivre suffisamment longtemps sans vous faire remarquer, vous verrez le contenu de cette luge : des cadavres.

Pas des cadavres d'alpinistes, mais plutôt de voyageurs lambda.
En effet, si vous venez dans le but de gravir le mont Everest, vous avez plus de chances de vous faire tuer avant votre ascension que durant celle-ci.
En effet, les Népalais sont des gens bien pauvres. S'ils peuvent survivre en tuant des touristes pour leur voler leur argent et leurs objets de valeur, il ne s'en privent pas. Je crois même avoir déjà entendu des autochtones parler de vente d'organes aux Chinois.
Le cimetière qu'est le Mont Everest leur donne un alibi parfait pour pouvoir continuer à tuer et détrousser les touristes manquant de vigilance, car personne ne se donne jamais la peine d'enquêter sur les centaines de cadavres échoués sur les pistes, surtout par ce froid. Il y a bien quelques familles de touristes disparus qui viennent de temps en temps, mais quand on leur suggère d'aller chercher eux-mêmes leur proche sur les flancs de la montagne, ils renoncent très vite.
Surtout quand ils ne peuvent espérer aucune aide de la police ni des secours.
Pour résumer, si vous escaladez un jour le mont Everest, et que vous croisez un cadavre qui vous semble bien peu habillé pour ce temps glacial, pensez à ce que je viens de vous raconter et à la chance que vous avez de pouvoir vivre cette extraordinaire aventure.


Car ce cadavre aurait pu être le vôtre.


Partager:

Accident de décompression



Ce message a été trouvé sur un forum dédié à la plongée sous-marine. Il a depuis été supprimé par les administrateurs. La raison invoquée était qu’il aurait été contraire à la charte du forum.

Bonjour à tous,

Je suis assez nouveau sur le forum et pour me présenter brièvement je suis plongeur professionnel. C’est mon métier depuis maintenant 12 ans, et depuis 5 ans je suis également caméraman. Je suis souvent engagé par des organisations de recherche pour l’étude des animaux marins. L’incident dont je vais vous parler aujourd’hui est justement ce type d’expédition, on devait filmer des baleines et poser des trackers, pour pouvoir suivre leur migration dans le Pacifique sud. Les films servent non seulement à étudier leur comportement, mais aussi parfois à couvrir une partie des frais de l’expédition en les revendant. Cette expédition-là avait beaucoup de subventions, le bateau était particulièrement grand et bien équipé, c’est bien car ça offre un certain confort, autant pour la cabine que le matos à disposition.

Je vais aussi faire une brève introduction pour ceux qui sont plutôt apnée sur ce forum : un accident de décompression est dû au fait que lorsque vous plongez à la bouteille, vous consommez du gaz qui va en partie s’accumuler dans l’organisme car à pression plus forte les gaz se dissolvent mieux dans les fluides et notamment le sang. Si on remonte trop vite, on crée des bulles de gaz qui peuvent causer des accidents vasculaires pouvant entrainer la mort. Le moyen le plus fiable de les éviter est d’effectuer des paliers pour laisser aux bulles le temps de se résorber, qu’on appelle paliers de décompression. C’est entièrement fiable et les ordinateurs de plongée analysent tout seuls le temps et la profondeur de plongée pour calculer les paliers, ce qui évite tout incident. Si par malheur ou pour une raison qui nécessite cette urgence on doit remonter vite, le dernier recours est d’aller le plus rapidement possible dans un caisson hyperbare, qui permet d’effectuer le reste des paliers en air pressurisé pour limiter la casse. Revenons à mon incident.

Je vous résume donc le briefing : plongée à environ 50m, pendant 1h pour filmer un maximum et avoir aussi le temps de poser 2 ou 3 trackers, sans avoir une consommation excessive d’oxygène. On était deux, mon collègue s’occupait des trackers et moi je filmais. Ce collègue en question avait de l’expérience pour la plongée côtière, mais c’était sa deuxième fois seulement dans le grand bleu. C’est beaucoup plus angoissant dans ce cas, parce qu’on a tendance à dériver et que dès 30m de fond, on a plus aucun repère spatial, juste une légère lueur au-dessus mais très faiblarde. Et comme vous devez le savoir, quand on angoisse, on consomme plus d’air et on diminue notre temps de plongée. Personnellement j’étais habitué donc aucun souci pour moi.

Les 20 premières minutes se sont très bien passées, on observait les baleines se nourrir et interagir et on avait posé deux trackers, et c’est environ à ce moment-là que mon partenaire m’a fait signe : il m’a montré son manomètre, et il consommait beaucoup trop, il devait remonter sous peine de ne plus avoir d’oxygène. J’ai regardé mon mano et il consommait deux fois plus que moi, le manque d’habitude et le stress d’approcher des baleines je suppose. Je lui ai fait signe de remonter, et que je restais pour continuer à filmer. Le veinard avait à peine 30 minutes de paliers à faire avant d’être là-haut selon mon ordi de plongée alors que j’en ferais quasiment 2h si je restais 1h. Vu les circonstances j’ai décidé d’écourter un peu et de rester environ 40 minutes au total, ça me ferait remonter environ 1h après lui en faisant les calculs de tête. On a le droit d’écourter s’il y a un incident de toute façon.

Je suis donc remonté après avoir filmé pendant 20 minutes de plus et j’ai fait mon palier à 9m. Mon collègue était au-dessus en train de finir son dernier palier à 3m, attaché au câble (on utilise un câble quand les paliers sont longs, ça évite de dériver loin du bateau sans avoir à palmer, et on peut échanger des trucs avec la surface, notamment des bouteilles en plus). Au bout de 8 minutes, l’ordi m’a dit de passer à 6 m pour presque un quart d’heure. Je suis remonté et me suis attaché au câble. J’ai aussi fait remonter la caméra, ça me délestait un peu. Si j’avais su, je l’aurais gardée. Il ne s’est pas passé grand-chose pendant ce palier.

C’est là que j’ai commencé à monter à 3m, mais j’ai eu l’impression que quelque chose avait tiré ma palme vers le fond. Je me suis retourné, mais rien. Mes palmes avaient dû s’entrechoquer. Une bouteille en plus m’attendait, je l’ai donc prise et branchée à mon détendeur, même si j’avais un peu le temps de voir venir. C’est alors que j’ai senti à nouveau qu’on tirait sur ma palme. De nouveau rien, pas de poisson, ni de requin curieux, et les baleines étaient parties depuis longtemps maintenant.

Je fais une petite pause dans mon récit pour préciser : dans le grand bleu, à 3m, on voit déjà pas grand-chose depuis la surface. C’est pas pareil que sur les côtes parce que la lumière ne parvient pas jusqu’au fond et que les vagues sont plus nombreuses. On peut apercevoir des ombres de ce qu’il y a dans l’eau entre deux vagues, mais il faut vraiment être attentif. Et personne sur le bateau ne surveille les plongeurs en palier, c’est long et sans intérêt, et on a pas besoin d’assistance particulière à ce moment-là.

Du coup, après ce deuxième incident avec ma palme qui m’a agacé j’ai décidé de ne plus bouger. Vous savez, même avec l’expérience, quand on est dans cet univers qui absorbe la lumière et vous sépare du monde habituel, de la surface, on est toujours au moins un peu angoissé, alors même le fait de faire s’entrechoquer ses palmes peut faire peur. C’est un milieu oppressant, et pas seulement à cause de la pression. Au bout de quelques minutes, pareil, on tire sur ma palme. Cette fois j’étais sûr de n’avoir rien fait, et de nouveau, rien en me retournant. J’ai alors décidé de regarder tout mon corps et de ne pas bouger, mais ça commençait vraiment à m’inquiéter. Encore 45 minutes de palier selon mon ordi. Au bout d’un temps qui m’a semblé une éternité d’angoisse, j’ai aperçu deux yeux brillants sous moi, comme ceux d’un chat qui se cache sous un lit, mais incroyablement lumineux pour ce milieu qui absorbe la lumière. J’ai eu un mouvement de recul, et les yeux se sont immédiatement évanouis avec un grognement rauque. Un peu comme quand quelqu’un qui a une bronchite se racle la gorge. Ce bruit me faisait vraiment flipper, parce qu’en plus de 2000h à mon actif j’avais jamais entendu un tel bruit. Les grognements ont repris quelques secondes après en s’intensifiant et plusieurs paires d’yeux se sont allumées dans cette immensité sombre. Là, malgré toutes mes heures de plongée j’ai paniqué et ai immédiatement gonflé ma stab pour remonter par réflexe. Il restait 40 minutes de palier mais je ne pouvais pas rester 40 minutes de plus avec ces choses, quoi que c'était.

Heureusement le bateau avait un caisson hyperbare et j’y suis allé en vitesse. Si on avait pas eu cet équipement je ne serais probablement plus là pour vous le raconter. J’ai rien dit aux autres, déjà que le chef d’expédition était particulièrement mécontent de nos deux performances, ils ne m’auraient jamais cru. Il m’avait déjà réprimandé violemment pour ma remontée soudaine qui aurait pu me tuer. Il était responsable des plongeurs, vous comprenez, et risquait gros s’il y avait des morts.

Si vous êtes un peu renseignés vous savez que les accidents de décompression arrivent la plupart du temps lors des plongées en solo, quel que soit niveau du plongeur. Même des plongeurs avec des milliers d’heures et des ordinateurs de plongée performants mourraient d’accidents de décompression et ça m’avait toujours étonné.

Maintenant je pense savoir pourquoi ils font autant d’accidents de décompression. L’océan est vaste et on ne le connaît pas si bien, il vaut parfois mieux fuir ce qu’on peut y trouver. Ne plongez jamais seuls, on est pas dans notre élément et c’est pas un milieu des plus cléments.
Partager:

L'expérience Harbinger (partie 1)


Le monde dans lequel nous vivons est rempli de choses que nous ne comprenons pas. Ou pas encore, mais, nous, les humains, étant des êtres curieux par nature, nous tentons naturellement de comprendre notre univers. Cette façon de penser - cet état d’esprit - nous a conduit à faire d’incroyables découvertes et inventions que l’on n’aurait pu imaginer il y a quelques centaines d’années. Nous avons éradiqué des maladies, construit des bâtiments qui touchaient le ciel, et même des machines qui nous ont élevés au-dessus des nuages puis dans les étoiles. Si nos ancêtres pouvaient nous voir, nous et ce que nous avons accomplis, je suis persuadé que nous serions pris pour des dieux.

Notre curiosité et soif de savoir ne nous a cependant pas toujours conduit vers le bien. Le Mal fait aussi partie des fruits de nos recherches. Et j’ai peur que celui-ci soit notre perte. Je ne dis pas ceci pour passer pour un grand philosophe qui aurait passé du temps à méditer là-dessus, non, si j’en parle c’est que j’en ai fait l’expérience. Je l’ai vu. J'en ai fait partie.

L’évènement dont je vais vous parler est totalement vrai, je vous le jure. Je sais que beaucoup d’entre vous resteront sceptiques, et penseront à une énième histoire flippante destinée à vous donner des frissons, mais je vous certifie que ça n’est pas là mon but. Ce que je veux montrer dans cette histoire c’est que le Mal rôde derrière le voile de la vérité de ce qu’on l’on comprend et ce que l’on voit, vous dévoiler ce qui se tapit dans l’ombre. Même moi je ne comprends pas tout.

Ce que je vais décrire s’est réellement passé et, j’en suis persuadé, se passera à nouveau.
En 1971, un scientifique pas vraiment connu a commencé des études préparatoires pour un projet top secret, connu sous le nom de « L’expérience Harbinger. » J’aimerais que ce scientifique reste anonyme pour des raisons personnelles, il sera donc dénommé « Zimmerman. »

Son passé avant cette date n’était pas très clair. Tout ce que je savais c’était qu’il était né et avait vécu quelque part dans le Maryland, et qu’il avait une étrange fascination pour le spiritisme et l’occulte. Ce qui a plus tard fait de lui un proscrit parmi ses collègues, vu comme on se moquait (et comme on se moque toujours) de ce qui touche à la métaphysique. Les opinions de Zimmerman par rapport à l’autre monde n’en étaient cependant pas la seule cause. C’était ses méthodes qui le mettaient à l’écart et lui donnaient une mauvaise image chez ses pairs. Zimmerman était connu pour être froid et d’une rudesse sans équivoque. Il n’avait que faire des moyens, tout ce qui comptait pour lui était les résultats, et s'il jugeait leur valeur suffisante, il était prêt à payer n'importe quel prix. Sa soif de savoir et de vérité était brutale et insatiable, et c’est pour cela qu’on le craignait. Ceux qui le connaissaient sans en avoir peur étaient ses disciples, ils le suivaient, lui et ses travaux.

Même le mot Harbinger est intriguant et presque intimidant. Peut-être est-ce la façon qu’il a de rouler sous la langue, ou peut-être son association avec le projet biaise mon jugement. Mais il me semble porter un destin tragique. Et puis, c’est assez logique, en fin de compte… il signifie avertissement ou présage. Je ne peux imaginer les raisons qu’avait Zimmerman pour lui donner ce nom mais rétrospectivement celui-ci était parfait.

Zimmerman avait désigné un petit nombre de scientifiques (j’en faisais parti) pour nous dire qu’il travaillait sur « quelque chose d’énorme ». Et qu’il avait besoin de personnes qui pouvaient tenir leur langue et ne divulguer aucune information sur son œuvre. Bien qu’il ne faisait pas totalement confiance à tout le monde, il savait que nous étions des professionnels, et que pour une raison ou pour une autre nous avions besoin de ce boulot.

Pour ma part je travaillais à une clinique des environs comme docteur, mais on m’a surpris pendant que je volais des médicament, et j'ai été viré sans cérémonie. Évidemment cela avait laissé une trace indélébile sur mon CV et j’avais du mal à trouver du travail. Et puis je venais de l'Alaska et vivais près de l'endroit où devait se dérouler l'expérience, on peut dire que je constituais un choix pratique. Vous vous imaginez bien que j'ai sauté sur l’occasion, et c’était difficile de résister vu le salaire qu’on nous offrait !

Nous étions donc 15 au total. Certains étaient ses collègues de longue date, certains avaient été engagés en tant que personnel de maintenance et un petit nombre pour sa « sécurité personnelle ». J’étais le seul professionnel de santé. Je me demande encore comment il a trouvé le financement nécessaire pour cette expérience et je ne serais pas vraiment surpris si j’apprenais que les fonds n’avaient pas été levés de manière complètement légale. Mais bon, j’avais besoin d’argent et il en avait. Mais aujourd’hui je regrette cette décision.

Après que Zimmerman ait obtenu de l’argent, il l'a utilisé pour acquérir un terrain relativement grand dans un endroit reculé du désert gelé de l’Alaska. Il y a fait construire une structure de béton qui ressemblait pas mal à un bunker. La seule différence reposait sur le fait que son but premier était de garder des dommages potentiels à l’intérieur et non pas de se protéger de l’extérieur, d'après ce qu'il disait. La plupart de cette structure était souterraine, ce qui avait pour effet de donner l’illusion qu’elle était beaucoup plus petite vue de dehors. La seule façon d’entrer et de sortir était de passer par une petite échelle qui partait d'un petit bâtiment de béton à la surface, que j’appellerai à partir de maintenant le « bâtiment d’entrée » pour que ça soit plus simple, et qui rejoignait le réseau souterrain. La nuit, après que tout le monde soit allé se coucher, la trappe qui renfermait l’échelle était fermée grâce à un large et solide couvercle de métal. Zimmerman était très strict sur ça. Situé non loin de là, il y avait un groupement de cabanes en bois qui servait de dortoir pour le staff.

Comparé au bâtiment d'entrée, la structure souterraine était immense. Au centre du complexe se trouvait la salle de contrôle. Là où tous les appareils électriques étaient branchés, ce qui incluait les caméras de surveillance, les lumières et les dispositifs de contrôle des portes. Consoles, moniteurs et ordinateurs tapissaient les murs de cette salle. C'était aussi là que débouchait l’échelle.

On pouvait quitter la salle de contrôle par trois portes : une qui débouchait sur une petite pièce servant d’infirmerie, une autre qui menait à une salle de repos et une troisième qui s’ouvrait sur les couloirs. Les couloirs étaient l'endroit où le complexe commençait à avoir l'air terriblement sinistre. Pour une raison que j'ignore, ils étaient arrangés en suivant un schéma très déroutant, dessinant des cercles et menant à des culs-de-sac. Ces couloirs constituaient la majeure partie de la structure, et il était facile de se perdre dans ce labyrinthe si l’on ne connaissait pas l’endroit.

Mais si vous saviez où vous alliez, vous pouviez rapidement vous retrouver devant une des trois pièces de 6m². Chaque pièce disposait d'une caméra placée à un de ses coins et connectée à un moniteur dans la salle de contrôle. Il y en avait aussi partout dans les couloirs pour que quiconque surveillant depuis la salle de contrôle puisse regarder où il le voulait, quand il le voulait. Ces petites chambres étaient fermées par de lourdes portes de métal, qui s'ouvraient au moyen d'un digicode à 4 chiffres situé juste à côté.
—————————————————————————————————————————–—————————–—————————–————

Je me rappelle à quel point les couloirs m'effrayaient quand je venais d'arriver au complexe. J'ai toujours été claustrophobe, vous savez, et ces couloirs étaient vraiment étroits. Le bruit (ou, plus précisément, l'absence de bruit) dans ce dédale était aussi une terrible source d'angoisse pour moi. Un silence surnaturel pesait en permanence, comme si le monde s'était figé. Ça donnait vraiment la sensation d'être piégé. Mais, par chance, je ne devais que rarement m'y aventurer, étant donné que j'étais le seul professionnel de la santé dans l'infrastructure, et je n'avais quasiment aucune raison d'y aller.

J'ai trouvé ça curieux, au début, que Zimmerman recrute un professionnel médical comme moi, mais j'ai compris une fois que tout a été terminé.

L'objectif officiel de l'expérience Harbinger était de tester et d'observer les effets d'un isolement prolongé sur l'esprit humain. C'est du moins ce qui était indiqué sur les rapports envoyés à l'extérieur. Mais personne, à l'exception du personnel qui menait l'expérience, ne savait que le véritable but était beaucoup plus sombre.

Comme je l'ai déjà évoqué, Zimmerman avait toujours été obsédé par le paranormal et l'occulte. Il s'était mis en tête de convaincre ceux qui ne le croyaient pas. Il voulait une preuve tangible que le paranormal était un phénomène avéré, et il voulait être le premier à obtenir cette preuve.

Le véritable objectif de l'expérience Harbinger était de découvrir une preuve de l'existence du monde métaphysique, un monde que nous ne pouvions voir. Bien sûr, la perspective de se lancer là-dedans était un peu intimidante, voire effrayante, mais c'étaient les méthodes de Zimmerman qui étaient réellement terrifiantes. Il était persuadé de pouvoir ouvrir un portail entre les mondes temporairement, permettant à trois "entités" quelconques de pénétrer dans le nôtre, et celles-ci seraient piégées dans une des trois pièces.

Zimmerman avait une théorie selon laquelle n'importe quelle entité essaierait de prendre possession du plus proche être vivant en mesure de la supporter. Il voulait employer cette "technique" pour piéger un esprit dans une forme physique en le faisant entrer dans un corps vivant auquel on aurait préalablement injecté un mélange de sa création.

En théorie, ce mélange était conçu pour empêcher l'esprit de quitter l'être qu'il avait possédé. Le seul moyen de quitter un hôte auquel on aurait injecté cette mixture était la mort. Selon Zimmerman, l'hôte devait être un être vivant avec une volonté suffisamment forte pour survivre à la possession. Et la seule espèce possédant suffisamment de volonté pour ça, ce sont les humains.

Zimmerman s'est également arrangé pour que les entités entrent dans les trois pièces et qu'il n'y en aurait qu'une par pièce, bien que je ne puisse pas exactement dire comment il a procédé. En vérité, je n'ai pratiquement aucune idée de comment il a bien pu réussir ce qu'il a fait. Il aimait à garder ses méthodes pour lui-même et pour ceux à qui il faisait le plus confiance, probablement à cause de sa crainte paranoïaque que quelqu'un ne lui vole son idée et obtienne tous les lauriers pour son succès.

Si j'avais eu connaissance de la vraie finalité de l'expérience avant de signer, j'y aurais sans doute réfléchi à deux fois. Mais Zimmerman n'a rien voulu nous dire avant que nous soyons tous réunis dans sa "forteresse". Même si l'un de nous avait voulu partir, je doute qu'il en aurait eu la possibilité. L'équipe de sécurité que Zimmerman avait engagée était fidèle au scientifique et à son salaire. Ça ne me surprendrait pas qu'il leur ait donné l'ordre de ne permettre à personne de quitter le complexe.

Il y avait trois cobayes pour l'expérience, ils étaient tous natifs de l'Alaska, et on les avait attirés dans le projet en leur faisant croire qu'ils allaient participer à une étude sans danger sur les effets de l'isolation sur l'esprit humain, comme je l'ai déjà dit. Raison pour laquelle aucun n'a émis d'objection quand on leur a dit qu'ils allaient être confinés dans une des trois pièces que j'ai mentionnées. Le premier sujet était un jeune homme, il était visiblement au chômage et avait cruellement besoin de l'argent qui était promis pour la participation à l'étude. Le second sujet était une femme. En la regardant, je pouvais dire qu'elle souffrait d'une addiction quelconque. Le troisième et dernier sujet était un vieil homme, un vagabond je suppose. Leur point commun était qu'il ne leur restait ni d'ami, ni de famille. En résumé, ils ne manqueraient à personne, ce pourquoi ils ont été choisis pour le projet.

Je suis désolé, j'aimerais pouvoir vous en dire plus sur les cobayes, mais tout ce que je vous ai dit l'a été de mémoire, et on m'a fourni très peu d'informations sur eux.

L'expérience n'a officiellement commencé qu'en 1987, soit 16 ans après sa première annonce. J'avais hâte de commencer, donc j'ai fait mes bagages et je me suis rendu au complexe dès le moment où ça a été possible. Je suis arrivé à la structure une semaine avant même que les cobayes s'enrôlent, et un mois avant le début du projet.

Je ne suis pas du tout le premier à m'y être rendu. Quand je suis arrivé, Zimmerman, ses collègues et l'équipe de sécurité étaient déjà là. On peut probablement dire que je suis la première personne à qui Zimmerman ne faisait pas confiance à être arrivée.

Tous les autres sont arrivés environ une semaine avant le début de l'expérience. Il y avait un vrai fossé entre ceux qui étaient là uniquement pour l'argent (comme moi) et ceux qui étaient des disciples de Zimmerman.
—————————————————————————————————————————–

Le 15 octobre 1987, tout était mis en place. Les sujets étaient enfermés dans les chambres, les caméras, les lumières et les hauts parleurs étaient totalement opérationnels et tous les membres de l’équipe s’étaient installés : il était temps que l’expérience commence pour de bon.

Zimmerman avait demandé à tout le monde d’aller dans la salle de contrôle vers 21h pour être témoin du déroulement de la première expérience. Il voulait que tout le monde soit présent quand il aurait prouvé que ses théories étaient confirmées et qu’il n’était pas fou. Il voulait que l’on voie les fruits de son labeur. Quand toute l’équipe a fini par arriver dans la grande salle de contrôle, Zimmerman s’est simplement tourné vers nous pour nous dire : « Regardez. »  Il s’est penché vers le microphone qui projetait sa voix dans les trois salles et a commencé à chanter dans un langage étrange dont j’étais persuadé que seul Zimmerman le comprenait.

Nous avons observé les trois grands moniteurs sur le mur en attendant silencieusement que quelque chose se passe. Les sujets étaient debout dans leur chambre, sidérés par la mélodie de Zimmerman, fixant la caméra d’un air confus. Après à peu près cinq minutes j’ai ressenti quelque chose… d’horrible. Je ne pourrais pas exactement expliquer quoi, mais un terrible sentiment de crainte s’est emparé de moi, m’accablant d’angoisse. Et c’est à ce moment que le sol s’est mis à trembler doucement et les lumières à clignoter. Zimmerman continuait de chanter dans le microphone comme si de rien n’était, pendant que les sujets commençaient à tourner dans leur pièce en appelant à l’aide.

Puis soudain le sol s’est arrêté de trembler et les images du moniteur ont disparu, laissant place à la neige. L’air était tellement lourd. Nous étions tous en train de regarder les moniteurs, attendant que l’image se rétablisse pour nous montrer ce qui se passait dans les pièces.

Pas un bruit pendant un long moment. Puis un hurlement. Les cris d’une femme en proie à une terreur et une douleur insoutenables ont commencé à résonner dans la structure. Les cris similaires d’un homme ont commencé à lui répondre et les deux plaintes se sont mêlées pour former une terrible symphonie de peur et de souffrance qui nous brisait impitoyablement les tympans.


Ceux qui n’étaient là que pour l’argent ont commencé à se regarder avec effroi, tandis que les disciples de Zimmerman ne montraient aucune réaction. Nous voulions quitter cet endroit horrible et ne jamais y retourner, mais nous savions au fond de nous que Zimmerman ne nous laisserait pas faire. Il n’y avait aucune échappatoire, nous serions retenus pour un bon moment.

Il était 22h13 quand les hurlements se sont enfin arrêtés. Mais les moniteurs devaient encore nous révéler ce qui s'était passé dans ces trois pièces. Quand les cris se sont stoppés, Zimmerman nous a tous donné congé en ajoutant qu’il nous était interdit de revenir avant le lendemain matin, 10h. Ce n’était pas comme si nous le voulions non plus. Nous sommes tous rentrés silencieusement vers le dortoir pour reposer pour la nuit. Je pense que je peux affirmer sans me tromper que rares ont été ceux qui ont pu fermer l’œil cette nuit-là, et je n'en faisais pas partie.
Partager: